Texte écrit par le critique d’art Prof. Furio Donato do Nascimento:

 

"Devant vous vous pouvez observer une rosace, transposition métaphysique d’un mandala, élevé par une indéfinie église gothique et installé dans un milieu des plus étranges. Le mandala communément associé au bouddhisme tibétain, est une composition abstraite qui prend racine profondément dans l’être humain, à travers des costumes et les contingences propres à l’Histoire. Le mandala, plus que n’importe quel archétype représente celui de l’inconscient collectif auquel il appartient. Le mandala est dépositaire d’ordre et de la représentation de la totalité psychique et universelle, instrument fécond au service du processus d’individuation, clé pour la libération du propre « moi ».

L’artiste trompe à travers son œuvre comme les puissants mensongers qui servent de mandala, et les vide de leur dimension cathartique pour assujettir, manipulant le peuple inerte.

C'est alors qu'avec irrévérence l’artiste emprunte la typique structure du mandala, qui symbolise le tracé d’un cintre autour de la personnalité, la protégeant des contaminations du « surmoi », mais qui pourrait être échangée avec fainéantise par un autoritaire égocentrique. Enfin, il se sert sarcastiquement de la lumière, symbole de la conscience du « soi », et la propage pour enchanter, mystiquement, le spectateur. A travers ces retournements, l’artiste prend possession de techniques affabulatoires des puissants, en se servant des illusions pour tromper le spectateur en cherchant de le dévier du centre, comme diraient les anciens chinois, du tao."


 

L'EXERCICE DU POUVOIR A TRAVERS LA DISSIMULATION, LA TROMPERIE ET L'UTILISATION DE SYMBOLES ANCESTRAUX GENERANT LIBERTÉ ET RENOUVEAU A DES FINS DE PROPAGANDE ET DE SOUMISSION 

 

 

 

 

2009 - impression digitale sur feuille adésive,plexiglass - 100 cm de diamètre